miércoles, 9 de enero de 2013

Le rap politique ou le rap conscient.

 Nous avons déjà vu le rap de Keny Arkana dans l'unité sur le conflit. Maintenant je voudrais vous parler, plus étendument, du rap politique ou rap "conscients" français.

Le rap politique (ou rap conscient) est un style de rap se caractérisant par la dimension politique de ses paroles et ses thématiques sociétales. 
Le 18e arrondissement de Paris est la terre d'origine du rap politique français. Il s'agit d'une mosaïque de quartiers populaires au nord du centre ville parisien : Barbès-Marcadet poissonniers rue de la Goutte d'Or, Porte de la Chapelle, Clignancourt...
À la fin des années 1980, cet arrondissement a vu la naissance du groupe Assassin composé à l'époque de Rockin' Squat, Solo, DJ Clyde et Doctor L. Le rap français étant très jeune à cette époque, le groupe lui offrit une conscience, un esprit. Depuis, beaucoup de groupes de rappeurs se font connaître mais sans grand succès. La scène Hip-Hop du 18e arrondissement est marquée par son désir d’underground : les rappeurs ne signent que rarement sur des majors.

 
Les rappeurs "conscients" se voient avant tout comme des journalistes des banlieues, estimant que les médias donnent un aperçu très partiel de leurs quartiers. Déjà, IAM dénonçait dans "Petit Frère":
 Les journalistes font des modes, la violence à l'école existait déjà / De mon temps, les rackets, les bastons, les dégâts/ Les coups de batte dans les pare-brises des tires des instituteurs/ Embrouilles à coups de cutter/ Mais à en parler au journal tous les soirs ça devient banal/ Ça s'imprime dans la rétine comme situation normale… 


Pendant les émeutes de banlieue en 2005, Axiom écrit (après Boris Vian et Renaud) "Ma lettre au Président" dont l’accompagnement est samplé sur La Marseillaise. Il s’en prend alors à Sarkozy et la classe dirigeante en général et reprend un thème : l’appel à une 6e République. Les réactions ne tardent pas : en trois semaines, il reçoit des lettres venues du monde entier et finalement, une réponse du président de l'époque Jacques Chirac. Il est alors considéré comme un porte-parole des quartiers populaires, considération qu'il refuse. (Source: wikipedia).

 

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada