domingo, 20 de enero de 2013

Aforismos y microrrelatos

El último día os propuse elaborar algunos aforismos o microrrelatos sobre las cuestiones que hemos debatido en esta unidad: el conflicto, la negociación, la no-violencia, la obediencia y la desobediencia...
 Voy a intentar ayudaros a aclarar estos términos, y a daros algunos ejemplos:

L’aphorisme, du grec aphorismos αφοριζειν (« définir, délimiter ») est une sentence énoncée en peu de mots — et par extension une phrase — qui résume un principe ou cherche à caractériser un mot, une situation sous un aspect singulier. D'une certaine manière, l'aphorisme se veut le contraire du lieu commun. Par certains aspects, il peut se présenter comme une figure de style lorsque son utilisation vise des effets rhétoriques.
L'aphorisme est un énoncé autosuffisant. Il peut être lu, compris, interprété sans faire appel à un autre texte. Un aphorisme est une pensée qui autorise et provoque d'autres pensées, qui fraye un sentier vers de nouvelles perceptions et conceptions. Même si sa formulation semble prendre une apparence définitive, il ne prétend pas tout dire ni dire le tout d'une chose.

Les aphorismes sont un genre avant tout rhétorique et argumentatif. C'est pourquoi il a été le mode d'expression préféré des moralistes comme Jean de La Bruyère dont Les Caractères sont ponctués, à côté des longs portraits et d'éthopées, de courtes sentences. Nietzsche, dans le traité Humain, trop humain pose que l'aphorisme doit être décodé par le lecteur, comme s'il contenait un message subliminal ou caché ; il parle de la nécessité d'avoir « une lecture lente » ou ce qu’il appelle « une rumination ».
Mais ce sont les moralistes français, en particulier La Rochefoucauld et Vauvenargues — on parle alors d'« aphoristes » — qui consacrent l’aphorisme et en font même un genre littéraire. Le premier de ces auteurs dans ses Sentences et maximes de morale (1634) pose qu'il s'agit d'un exercice d'introspection destiné à analyser l'amour-propre.
(Source: widipedia.fr) 


Un ejemplo de aforismo sobre la guerra es el siguiente:

« La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » (Valéry)


La micronouvelle (parfois aussi appelée microroman) est un récit imaginaire, suggestif, parfois caustique, rédigé en un nombre extrêmement restreint de mots. C'est la forme la plus concise de récit littéraire prosaïque, parfois proche du poème par le rythme qu'il imprime.
Dos ejemplos:
José Antonio Martín
"Cuento que me contó una vez mi hija Adriana fastidiada de que le pidiera un cuento: HABÍA UNA VEZ UN COLORÍN COLORADO"
 William Ospina
"Amenazas"
-Te devoraré –dijo la pantera.
-Peor para ti –dijo la espada

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada