lunes, 5 de enero de 2015

Questions pour le débat (1): liberté d'expression et tolérance religieuse


Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique français. Le 19 septembre 2012 a publié des dessins satiriques représentant le prophète Mahomet, après une semaine de tensions et de violences dans le monde contre un film islamophobe sur internet intitulé "L'Innocence des musulmans". La diffusion de ce film, produit aux États-Unis par un chrétien d'Égypte, a déclenché des manifestations antiaméricaines dans le monde musulman qui ont causé la mort de plus de 30 personnes.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a "dans le contexte actuel" affirmé sa "désapprobation face à tout excès" tout en rappelant la liberté d'expression "dans le cadre de la loi". Il a appelé à "l'esprit de responsabilité de chacun".

La publication a reçue de nombreuses condamnations tant de la part de certains dirigeants politiques que d'instances religieuses.

 Invoquant la liberté de la presse, l'hebdomadaire affirme s'attaquer à toutes les confessions dès lors qu'elles touchent à la politique. "Ce n'est tout de même pas notre faute si les religieux musulmans se sont lancés à la conquête de la politique et bousillent désormais les révolutions arabes", s'insurge Gérard Biard. "À partir du moment où la religion dépasse le cadre du privé, elle doit être traitée comme toute opinion politique", insiste le rédacteur en chef.
De la même manière, le directeur de l'hebdomadaire, Charb, rappelle qu'il "vit sous la loi française, pas sous la loi coranique".
Justement, que disent les textes en matière de liberté de la presse en France ? En ce qui concerne la religion, "la liberté d'expression dans l'humour prévaut sur l'émoi provoqué auprès d'une communauté. Le symbole religieux n'est pas protégé par la loi", explique à l'AFP Basile Ader, avocat spécialisé en droit de la presse. Seules frontières à ne pas franchir pour les journalistes : tenir des propos négationnistes, appeler à la haine ou mettre en cause des personnes en raison de leurs origines religieuse, ethnique, raciale ou nationale.
Source: Le Point.

Pour la cuestion de la tolérance et le fanatisme, voir le manuel scolaire, page 28.

 Questions: 
- Quel est ton opinion sur cet affaire?
- Qu'est-ce qu'on doit prevaloir la liberté d'expression ou le respect aux symboles religieux?
-¿Quels sont les limites de la liberté d'expression selon ton avis?

En otros lugares del mundo:
- Polémica en Argentina por las Barbie y Ken religiosos (BBC Mundo, 19 setiembre 2014.
-Polémica en el Museo Reina Sofía (Madrid, octubre 2014) en torno a cinco obras de la exposición Un saber realmente útil, que acoge la institución madrileña.
Estrella de Diego escribía en el diario El País (Babelia, 15/11/14, p. 14) en torno a la Censura: "Quizás el arte sea siempre, en el fondo, un mero reflejo, nunca la realidad misma, por lo cual en mi opinión es absurdo tomarlo al pie de la letra. (...)Convendría recordar cómo desde el momento en que se muestra en las salas de un museo cualquier propuesta pasa a ser "arte" -o a tener aspiraciones de tal- y, por tanto, a perder su impacto directo y adquirir un status de representación. ¿Qué censurar entonces? ¿Por qué hacerlo si es "sólo arte", sin un impacto real en la sociedad al ser expuesto en las salas de un museo? Sobre todo, ¿cuántas personas se dejan influenciar por esa determinada obra y, más importante, cuántas la ven?"(...) De modo que la censura no es sólo inadmisible -porque el artista debe mantener siempre su libertad creadora-, sino un poco innecesaria, ya que el impacto de esas determinadas obras, consideradas ofensivas por algunos, es muy escaso(...)".

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada